Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 23:04

Affiche L'Âme - soufisme indien Affiche L'Âme - soufisme indien

 

       233b

 

 L’Âme  :   لنَفسأ

 

          Atelier L’Œil et la Main

             Photographies et textes:

             François-Marie Périer

 

 

 

            du 23 novembre au 22 décembre 2012

           vernissage et musique persane

          le 13 décembre à partir de 18h30 et 20h.

            14 rue docteur Mazet, Grenoble

 

 


 

L’Âme et le vent se disent An Nafs en arabe littéraire, de  la même racine que Nafas, soupir, et que les mots désignant le souffle…

 C’est Psyché, Âme et souffle de Vie chez les Grecs, cette jeune fille dont la beauté dépassait celle - physique - de Vénus, qui en fut jalouse, et tenta de la perdre en la faisant séduire par son fils Eros, Amour ; mais ils tombèrent amoureux l’un de l’autre et se marièrent après de longues épreuves, si bien que l’Âme d’abord mortelle, unie à l’Amour, devint elle aussi immortelle.

Les noces de l’âme et de Dieu sont nommées Urs chez, les soufis, et elles adviennent lors de la mort, comme un fleuve se jette dans la mer.

Mais l’image et la sensation physique, intime, du souffle, c’est aussi celles qui peuvent venir en visitant les lieux soufis et leur grâce ; le souffle unit l’âme au corps et nous porte. La géométrie des tombeaux, de l’architecture, des arabesques, des jali, les moucharabiehs,  et des calligraphies est si épurée qu’elle en semble sculptée par le souffle lui-même. Et lorsque la mise au point de l’objectif fait apparaître la poussière du marbre comme inscrite dans un soupir en voyage, c’est encore le  secret du souffle qui soutient la Création, comme un pont d’étoiles, le Prana indien, qui est glissé à notre oreille.

 

Le Soufisme est une voie de la synthèse et de la réconciliation qui dément tous les fanatismes religieux et toutes les divisions intellectuelles, comme l’exprime ce célèbre poème d’Ibn Arabi, né en Andalousie, appelé « Le Maître des Maîtres. »2

Aussi qu’on ne s’étonne pas dans cette exposition de voir se côtoyer des termes de multiples religions et philosophies, car la théologie de toutes, au-delà de leur génie propre, est syncrétique.

 

 

Mon cœur est devenu capable

d’accueillir toute forme.

Il est pâturage pour gazelles

et abbaye pour moines.

Il est temple pour idoles

et la Kaaba pour qui en fait le tour.

Il est les tables de la Torah

et aussi les feuillets du Coran.

Je crois en la religion de l’amour,

où que se dirigent ses caravanes

car l’amour est ma religion et ma foi.

Partager cet article

Repost 0
Published by François-Marie Périer
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de François-Marie Périer
  • Le blog de François-Marie Périer
  • : Un espace présentant mes activités et celles de la galerie-café cultures du monde La Vina: expositions, concerts, rencontres, essais, traductions, poésie, articles et reportages, conférences, carnets de voyages; photographie, culture,; réflexions...
  • Contact

Recherche

Liens